Invasion de phoques au Canada : des appels à l’aide lancés !

Invasion de phoques au Canada : des appels à l’aide lancés !

janvier 7, 2019 0 Par Pierre

Les villageois d’un petit bourg canadien nommé Roddickton-Bide se plaignent à cause de l’invasion d’une quarantaine de phoques dans leurs rues et leurs jardins. Alarmés par cette situation, les conseillers municipaux du village sollicitent l’intervention des garde-côtes pour les évacuer.

Une situation alarmante pour les mammifères marins

En hiver, les phoques quittent l’océan Arctique et le Groenland pour trouver refuge sur les rivages de Terre-Neuve et du golfe du Saint-Laurent en attendant le retour du printemps. Mais une quarantaine d’entre eux a perdu le sens de l’orientation qu’elle erre dans les rues de Roddickton-Bide Arm, un village situé sur la pointe nord de Terre-Neuve, suivant l’axe de migrations de ces animaux.

Ces bêtes ne trouvent plus la direction de l’océan Arctique et se contentent de la banquise environnant le village depuis plus d’une semaine. Les villageois ne peuvent rien face à cette circonstance sachant que les phoques ne sont pas du genre dociles. Ils peuvent se montrer imprévisibles et agressifs si l’on tente de s’en approcher de près. Ils risquent également de transmettre des infections par simple contact.

Ainsi, les gens du village sont terrorisés et gardent leur distance, en laissant ces mammifères s’aventurer dans leur enceinte et leurs rues.

Recherche de solution immédiate pour ces animaux en souffrance

Par ailleurs, la peau des phoques est aussi claire que le sol enneigé. Sa couleur ressemble à celle de la route qu’on n’arrive plus à différencier. Voilà pourquoi, ils ne sont pas à l’abri des accidents de voiture. Deux d’entre eux ont déjà été heurtés et les autres ne tarderont certainement pas à y passer si on ne prend pas une mesure à temps.

Ce sont les bêtes qui souffrent le martyre dans l’histoire. Ils deviennent encore plus léthargiques, ils bougent lentement et c’est difficile de les éviter dans les rues. Voilà la raison pour laquelle la mairesse du bourg a décidé de prévenir les garde-côtes. Personne ne veut voir ces bêtes souffrir, c’est pourquoi il faut à tout prix les guider vers l’océan, c’est la seule solution. Et s’il y a quelqu’un qui soit en mesure de le faire, ce sont les agents du garde-côte.

Un appel international lancé pour protéger les animaux marins

Dans le cadre de la protection des animaux marins, l’Union européenne a établi des règles liées à l’importation ou la consommation de ces bêtes. Selon la théorie de certains biologistes, il est possible de réduire la prédation non réglementée de ces bêtes en limitant les aires de protection à leurs déplacements. La mise en place de réserves naturelles mobiles est la principale solution qui s’offre à tous.

Cependant, cela ne résout pas leur problème d’immigration. Si ces bêtes se migrent, c’est pour s’adapter à la nature. Ils sont censés trouver leur chemin d’aller et retour par instinct. Si tel n’est pas le cas, c’est que quelque chose cloche. C’est peut-être lié au changement climatique, la pollution des océans ou autre. Mais une chose est sûre, cela requiert une étude à l’échelle mondiale, c’est pourquoi un appel international pour la protection des animaux marins a été lancé.